Rencontre avec un Suisse qui aime ses montagnes mais qui, depuis toujours, possède un grand besoin d’aventure et de dépassement ! Cette fois, direction une île déserte !

300 jours sur une île déserte ? Il l'a fait !
Xavier, portrait!

 

Je suis curieuse de la vie et je suis une passionnée de voyages & de découvertes. Je m’intéresse à tout ce qui touche aux défis personnels, j’aime rencontrer, écouter le parcours d’individus qui sont allés au bout de leurs rêves et voir la lumière dans leurs yeux. C’est très inspirant. Le développement personnel est entré dans ma vie il y a plus de 10 ans et m’a permis de vaincre 15 années d’agoraphobie et de changer ma vie.

J’ai contacté mon compatriote, Xavier Rosset en 2015. J’avais lu un article dans la presse sur son expédition sur une île déserte en 2008 et j’ai eu envie de lui poser quelques questions. Entier, sincère, disponible et humble, sa façon de voir la vie m’a beaucoup plu et cela a fait écho en moi.

 

Xavier l’aventurier

Originaire de Verbier (Valais, Suisse), Xavier aime ses racines et sa montagne où il est vital pour lui de s’y ressourcer. Il possède toutefois au fond de ses tripes ce besoin de repartir, à chaque fois … Point commun n°2 !

Enfant, il rêvait d’être chauffeur routier aux USA (moi, hôtesse de l’air! ;-). Les paysages et la « liberté » qui se dégageaient à travers le poste de TV et le cinéma l’ont carrément captivé et ont donné sens à son imagination et nourrit sa grande curiosité.

L’école, pour lui, c’était une sorte « d’injustice » car une sorte de privation de liberté (point commun n° 3 ! A part la géographie à l’école, tout me barbait et j’avais l’impression de perdre mon temps…)

Voyager et partir à l’aventure : 2 choses différentes

Xavier y est allé par étape … par des débuts de compétitions de snowboard (qui lui ont permis de voyager), il a occupé le podium du célébrissime XTreme de Verbier en 2005. Puis, il est parti en Bolivie avec des amis snowboarders et en septembre 2008, il a fait le grand saut ! Après un repérage sur place au préalable, il est parti s’installer sur ce petit bout du Pacifique pour 10 mois seul… la vraie aventure sur l’île déserte de Tofua !

300 jours sur une île déserte ? Il l'a fait !
Tofu, une île mystérieuse


Son rêve : passer 300 jours sur une île déserte

Une forte envie de « passer à l’action », de concrétiser son rêve d’enfant, de se prouver qu’il était capable et de trouver d’autres ressources à l’intérieur de lui, loin de son confort et son quotidien. Voilà son programme! Il a travaillé dur durant 14 mois pour s’offrir ce rêve… tout rêve prend du temps à se réaliser. Il faut trouver le but et son pourquoi, et ne rien lâcher !

300 jours sur une île déserte ? Il l'a fait !
Tofua depuis les hauts !


Seul au monde

L’archipel des Tonga, sur l’île de Tofua, dans le Pacifique Sud, à 6 jours de voyage de la Suisse !
Voilà sa destination ! Cela ne vous rappelle rien ?
Le film sorti en 2000 avec Tom Hanks « Seul au monde », superbe film d’ailleurs

Pour vivre, une machette & un couteau suisse, une trousse de secours, un téléphone satellite, un panneau solaire et une batterie, une petite caméra et un appareil de photo, voilà à peu près ce que Xavier avait emporté avec lui sur son île déserte.

La plus grosse difficulté a été de gérer ce sentiment de solitude. Seul au monde, carrément. Lui qui a l’habitude d’être entouré et de parler, cela a été très dur sur ce plan là. Le physique, c’était ok mais il s’est senti terriblement seul.

300 jours sur une île déserte ? Il l'a fait !
Tofua, une île superbe!

Interview exclusive ! 

Séverine : A quoi pense-t-on lorsqu’on s’endort le soir sur une île déserte ?
Xavier : au lendemain… j’avoue que j’ai dû éviter de trop penser à ma famille et à mes amis car c’est le meilleur moyen de déprimer totalement. Il y a le manque et l’éloignement. Donc je faisais la planification de ma journée du lendemain dans ma tête. A savoir où en était ma plantation de tel fruit que j’avais planté quelques jours auparavant, où serait logiquement la marée demain, dans quelle direction je pourrai aller, quoi faire, à quel arbre est-ce que je pourrais grimper étant donné qu’aujourd’hui j’ai pas réussi à monter à celui-là, etc… etc…
J’étais quand même en mode survie, donc c’était vital de me préparer au mieux chaque jour.

Séverine : Quel matériel avais-tu pris pour te filmer ?
Xavier : j’avais acheté une petite caméra simple avec trépied et une batterie. Je rechargeai ma batterie avec le panneau solaire et voilà. Mon challenge était de ramener des images au public et aux amis. D’avoir un souvenir visuel. A mon retour, j’ai eu la chance d’échanger avec des centaines de personnes sur mon périple et les images parlaient d’elles-mêmes. Bon le moins drôle était de préparer à chaque fois les prises de vue : recommencer, tester l’éclairage, tout cela m’a pris un temps fou mais en même temps, j’avais pas un planning chargé ! 

Séverine :  tu es devenu le pro du feu alors ? Tu es bricoleur à la base, non ? Construire une canne à pêche supersonique, utiliser un arbre à corde, monter sur un cocotier, etc… tu as tout appris là-bas ?
Xavier : oui je suis bricoleur à la base, j’aime bien ! J’avais préparé le terrain, je savais qu’il y existait des arbres à corde, par exemple. Donc j’ai regardé avant ce que je pouvais en faire et ensuite il a fallu les identifier et les utiliser. Disons que je savais déjà quoi en faire. En même temps, c’est de la survie donc, on n’a pas trop le choix ! J’étais parti sans « briquet ». Je dois être capable aujourd’hui de faire du feu avec à peu près tout mais un des pêcheurs qui étaient venu me rendre visite m’a donné un briquet en me disant que si je le prenais pas, j’allais mourir. J’ai donc accepté et un jour de pluie où tout était trempé et où j’étais vraiment fatigué de ne pas arriver à faire du feu sans, je l’ai utilisé.

Séverine : de quoi t’es-tu nourri ? as-tu été malade ?
Xavier : je me suis contenté de ce que je connaissais.. j’ai pas trop tenté de manger les baies rouges que je voyais mais il y avait assez de noix de coco et de poisson (à gogo). Malade oui au début, car c’est un changement radical de nourriture, de climat et de vie mais sans plus.

300 jours sur une île déserte ? Il l'a fait !

Un peu de visite

Un fermier d’une île voisine est venu un jour lui rendre visite et lui demander un service pour guérir l’un de ses amis, qui s’était fait une bonne coupure. Ces fermiers, ont pour habitude de passer de temps en temps sur l’île déserte de Tofua et les îles avoisinantes afin de cultiver le kawa (une plante dont la racine sert à préparer une boisson amère). Il a eu donc un peu de compagnie durant quelques jours et il a fait de son mieux pour aider son ami blessé.

Il a ensuite fait la connaissance de touristes norvégiens qui étaient venus en bateau admirer le volcan. Une belle rencontre. Ces gens ont été admiratifs de ses conditions de vie. Il a joué au guide et s’est senti utile. Ils l’ont remercié en lui offrant un peu de riz, un coca, une bière et des oignons. Quel bonheur de boire un bière à l’autre bout du monde en mode Robinson Crusoé ! Le partage était important à ce moment de l’aventure.

En décembre, commençait la saison des pluies sur l’île. Le *Joyeux Noël* adressé à ses proches par téléphone satellite a été un moment très émouvant.

Il a reçu un chien, en guise de remerciement du geste fait pour son ami fermier blessé et cela l’a profondément touché et aidé côté moral. Il avait enfin de la compagnie. Chasse aux cochons sauvages, pêche au requin, visite du volcan, canyon, découverte de la grotte du Capitaine Cook, construction d’une plantation de pastèques, exploration de l’île, il s’est débrouillé comme il pouvait et il a adoré !

« Peggy », sa copine-cochon-sauvage s’est barrée, elle avait 3 semaines lorsqu’il l’a trouvée et ensuite il est devenu un peu son papa d’adoption ! Coup dur.

Puis il a fallu se préparer à son retour. A la civilisation. Gaël, son meilleur ami avait prévu de le rejoindre et de finir les dernières semaines avec lui.

Un retour avec de nombreux kilos en moins (mais il avait exprès pris plus de 10 kg avant son départ) et une barbe de Père Noël mais toujours cette bonne humeur et cette positivité !


Arrêter le temps – c’était son but. Il y est arrivé et s’il devait le refaire, il ne sait pas s’il serait assez fou
pour retenter l’aventure ! 😉

 

Séverine : Quel conseil donnerais-tu à celui ou celle qui n’ose pas sortir de sa zone de confort ?
Xavier : il n’y a pas de grandeur de rêves. Tout rêve est différent mais tout rêve doit être réalisé. Il peut être plus petit, pas besoin de faire 10 mois sur une île déserte comme moi ni de partir seule en Asie comme toi. Le but selon moi, c’est de ne jamais avoir de regrets. Il faut préparer son voyage, avoir de la patience mais arrêter de subir une vie que l’on n’aime plus. Se rapprocher de son rêve pour au final l’atteindre. C’est par l’action que l’on détermine une personne. Ne pas trop parler mais agir et éviter d’avoir trop d’idées sur le résultat car souvent on n’arrive pas forcément à ce qu’on a imaginé, mais pas loin ! 😉

Séverine : Quels sont tes projets actuels et futurs ?
Xavier : cet hiver, je reste en Valais, je skie avec des clients et peut-être en mai, je retourne à Tofua. Ensuite pour 2016 et 2017, je suis sur un gros projet d’expédition et donc en recherche actuelle de partenaires et de financement. Je continue mes défis !

Séverine : J’ai lu que sur ton site www.tofua.ch, tu proposais la même aventure (en plus court) pour tous ceux et celles qui souhaitent aller à Tofua ! C’est génial ça ! As-tu eu beaucoup d’intéressés ?
Xavier : oui je les accompagne au début et les gens restent le temps qu’ils souhaitent. C’est hyper intéressant. J’ai eu environ 12 personnes en 4 ans qui sont parties à Tofua. Souvent 1 mois. Ce sont souvent des mecs seuls.

Séverine : Merci mille fois Xavier pour cet entretien ! C’était super enrichissant et bravo à toi pour ton audace !
Xavier : de rien, merci à toi Séverine, c’était super ! Et vive la vie !

 

 

Voici le lien de sa vidéo300 jours sur une île déserte : https://youtu.be/SS4h4BjKfp0?si=fkJoJ_plcnwumZSJ
Et son site : www.flytheworld.ch

À propos de l’auteur

Voyager, rencontrer et réunir sont mes plus grandes inspirations. Je vous emmène aussi, vous, femme parfaitement imparfaite en quête de changement dans votre vie, en voyage. Petit groupe ou immersion privée. Etre soutenue et accompagnée fait du bien. Les séjours Inspirants ont lieu chaque année en Grèce, Santorin (chiens de refuge), Paros et Amorgos (Energies). Petit groupe 100 % féminin ou en individuel.

Vous pouvez également aimer :

10 commentaires

  1. Coucou !
    Article super intéressant que j’ai adoré lire !
    C’est vraiment incroyable de faire ça et il faut dire que j’ai bcp d’admiration pour ce Xavier. Moi, je rêve de faire un safari Kenya, et de rester quelques mois en Afrique pour aider même en volontariat. Ce qu’il me manque pour le faire, c’est l’argent et le temps. Je suis en Master et comme le dit Xavier, l’école nous fait surement perdre du temps … On est comme robotisé à suivre un mode de vie et vivre comme tous le monde !
    En tout cas, ça me motive à réagir et à profiter de mon année sabbatique dans 1an, encore faut-il l’argent et l’accord de mon chéri 😀
    Merci encore pour l’article !
    Je file voir son site !
    Bisou 🙂

    1. Merci de ton témoignage… oui en effet, c’est incroyable ce qu’il a entrepris. Je m’inspire également de ces belles personnes pour apprendre et grandir encore plus !
      L’argent est un problème, c’est vrai mais pas une finalité… en ce moment, j’essaie également de me défaire de ces « soucis » ! 😉 Belle journée!

  2. Excellent article. C’est le plus beau portrait que j’ai lu . La réalité qu’il dépeint est tellement plus simple et plus authentique. Merci pour cette découverte Séverine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Translate »