1 MOIS EN THAILANDE, SEULE ET AGORAPHOBE !

1 MOIS EN THAILANDE, SEULE ET AGORAPHOBE !

En 2010, je me suis enfin décidée à partir seule, il le fallait … j’avais envie de tenter l’expérience. Ayant travaillé dans les agences de voyages depuis mon plus jeune âge, c’était évident, il fallait que je parte à la découverte d’ailleurs mais cette fois, en mode solo ! J’étais toutefois dans une période de forte agoraphobie et ce n’était donc pas gagné… Voici mon récit et quelques conseils pour voyager seule


Voyager seule quand on a peur

En ce début d’année, je rêve d’ailleurs, de voyager seule, de partir loin, de bouger de mon quotidien qui m’ennuie, mais je ne peux concevoir de partir seule!! Pas avec ces peurs perpétuelles !!!  Comment vais-je faire ? C’est impossible! Pourtant, au lendemain d’un énième rendez-vous chez mon kinésiologue, me voilà bien décidée (merci Gérard!), à prendre le taureau par les cornes et à tenter l’aventure ! Je suis entre deux jobs et la période est idéale, il faut que je me lance!


Comment passer à côté de sa vie si on est figé par la peur ?! Voilà dans quel état d’esprit j’étais. Morte de trouille mais je ne pouvais pas continuer ainsi ! Jetez un oeil à mon site sur l’agoraphobie ici

 

La Thaïlande

La 2ème fois pour moi… Me voilà sur le web à trouver le meilleur prix pour mon billet d’avion (ça sera Etihad Airways !), aller-retour Genève-Abu Dhabi-Bangkok. Je compte passer quelques jours à Bangkok (j’en profiterais pour revoir une connaissance installée là-bas) puis j’irais à Koh Samui (que je ne connais pas du tout!) et je compte même aller à Koh Phanghan, au « Sanctuary » m’initier au yoga ! Un endroit detox branché soit-disant ! Chouette programme, non !?

voyager seule
Etant lente à la détente en général, là je me reconnais plus, plus rien ne m’arrête ! J’ai peur oui mais je ne lâche rien! J’ai besoin d’air, de me confronter à ces fichues peurs et voir ce qu’il se passe… il faut du courage me dit-on ! Oui oui, j’en suis consciente, merci !!! 🙂

Alors oui bien sûr que j’ai tout prévu ! Des médocs anti-stress, des médocs en cas de tourista, des anti-douleurs, de l’ibuprofène, de l’anti-moustique, un mp3 chargé à bloc de musique tout genre (histoire de me relaxer!), plein de plans de ville, des numéros en cas d’urgence, etc. etc, etc.. La valise est un peu lourde, mais tant pis !! Le sac à dos façon roots, ça sera pour une prochaine fois ! Il faut que je sois rassurée la moindre quand même !! Bon, je suis hyper tendue … mon Dieu, un mois, je m’en vais un mois seule !

L’agoraphobie est encore bien présente mais je tente de la contrôler, de l’apprivoiser… cela ne va pas être facile je le sais mais j’ai quelques pistes sur le sujet (depuis le temps que je travaille sur moi !). Je sais que mes crises ne durent jamais vraiment longtemps. Il est temps de me concentrer sur mon départ pour que tout se passe bien. Ma mère m’accompagne à l’aéroport, je pourrais pleurer tellement j’ai l’impression d’être folle…, je pleure, j’ai peur ! Tout se mélange dans ma tête ! Mais pourquoi je pars ? Pourquoi je m’inflige tout ça?

Je suis folle… 

Je ne vais jamais y arriver ! Et blablabla… c’est reparti, 1ère crise d’angoisse avant de monter dans l’avion… ça promet ! Je suis toute émotionnée mais assez fière, contente et j’essaie de ne rien laisser paraître ! (comme d’habitude!)

voyager seule
Durée du vol ? 11 heures au total avec escale à Abu Dhabi (j’adore l’avion, ça tombe plutôt bien !). Ca y est,  je commence à réaliser que cette fois-ci, je m’en vais pour de vrai et que je n’ai personne à côté de moi pour m’aider en cas de « pas bien » ! OK je garde le cap et j’essaie d’apprécier ! Je me force un peu au début à sourire, je me décontracte, je respire profondément (l’art essentiel de la guérison, non ?!), je ferme les yeux, je pense à là-bas ! A ce qui m’attend, du bonheur ! Je discute déjà dans l’avion avec mon voisin de siège!

L’avantage c’est que lorsqu’on voyage seul, on ne le reste jamais vraiment longtemps!

C’est un avantage et ça rassure un peu… oui c’est une façon de ne pas laisser la place à mon hamster qui trotte en général 24h/24h dans ma tête. Serais-je en train d’aimer discuter avec de nouvelles personnes ?

Arrivée à Bangkok

Me voilà arrivée… Je suis seule, il est 19h30 heure locale, jet-lag dans les pattes et je sors de l’aéroport pas très sûre de moi. Je prends un taxi et je me rends à l’hôtel que j’ai réservé. Sympa mais un peu décentré. J’ai les jambes en coton (entre l’avion, la fatigue, le stress et la nouveauté !) mais je me décide à sortir un moment dans le quartier.

Là, je retrouve, comme la première fois où je suis arrivée à Bangkok, les fameux marchés nocturnes (night-markets) et je rencontre des sourires partout, c’est assez flagrant et ça réchauffe le coeur. Première halte de la soirée : salon de massage (ouvert à plus de 22h) et un massage Thaï à la clé ! 1h de détente absolue pour presque rien (EUR 10). Le pur bonheur !

Attention, PETIT CONSEIL : n’oubliez pas de préciser à votre masseuse le mot « SOFT » qui veut dire « doux » sinon vous êtes bons pour des courbatures dès le lendemain ! Ma première nuit se passe bien, je rassure mes proches par texto, tout va bien. Je suis crevée. Dodo.

Les deux jours suivants, je les consacre à la découverte de la ville mais cette fois en solo. Visite du Palais Royal, une balade sur le fleuve et quelques arrêts shopping. Il fait chaud. Humide. Vive Bangkok polluée, mais bon… j’aime bien ! Incroyable, je flippe de temps en temps mais j’assure!

Entre-temps j’ai changé d’hôtel, je dors au Rembrandt Hotel sur Sukhumvit Road (mieux situé!) et avantage majeur: une piscine sur le toit! Toujours utile après une grosse journée bien active ! Oui c’est aussi ça d’être agent de voyages, dès que ça ne va pas, je change en général ! Je passe la soirée avec des connaissances de Suisse expatriées à Bangkok (ah vive la retraite au soleil!) et je termine mon petit séjour. Je vais bien mais je suis toujours très angoissée.

bangkok voyager seule femme thaïlande

Je continue et pars dans le sud

Il est temps de repartir pour l’aéroport, direction Koh Samui. Vol avec Bangkok Airways. Durée de vol : 1h. J’ai réservé ma première nuit au bord de la mer, à Chaweng à l’hôtel Ark-Bar. Lieu sympa et soit disant branché ! Puis j’irai à Koh Phangan faire ma semaine de « yoga »…… enfin… c’était ce qui était prévu !

L’arrivée à Koh Samui se passe super bien, je rencontre pas mal de monde, ici c’est un peu le coin à fiesta, en effet! Beach-party la journée, beach-party le soir… inutile de venir ici si vous voulez dormir !

Je repars le lendemain comme prévu en bateau pour Koh Phanghan à la découverte du fameux The Sanctuary.

voyager seule

Et là .. euh comment dire, cela se complique….

Quelle idée j’ai eu ? moi faire une Detox et du yoga intensif en étant débutante ? J’étais bien optimiste! Bon, je vous passe l’arrivée dans une petite crique à bord d’une pirogue (certes le paysage était magnifique mais avec une valise à coque dure de 20 kg c’était un peu compliqué)… oui oui, je sais, la prochaine fois je prendrai un sac!

A peine arrivée sur l’île, je tombe sur des Bobos, un chien errant et une dame qui tire les cartes (assise sur sa chaise de camping!). Bon je n’ai rien contre la « cool attitude » mais là … c’est étrange … personne pour m’accueillir, je sais pas trop où je suis arrivée ni où je dois aller! Juste une impression bizarre : « je suis arrivée chez les Hippies je crois » ! Je n’ai pas trop le look on dira (même si je suis absolument pas une nunuche en voyage!) mais disons que je n’ai pas trop le style bobo… quelqu’un m’accompagne finalement à ma chambre, euh que dis-je ma cabane dans la forêt située au milieu de la jungle, moustiquaire incluse et pas de porte qui se ferme vraiment. Des toilettes/WC à l’extérieur après une petite passerelle, OK ! Il faut s’équiper d’une lampe de poche sinon on n’y voit rien durant la nuit ! Des bruits d’insectes de partout, c’est propre, mais bon sang, j’ai les boules ! Moi et la vie sauvage ! Je me pose et je lis le manuel du touriste, j’essaie de me détendre dans mon hamac (le hamac c’est top!). Et là, figurez-vous que c’était écrit dans ce fichu manuel en français : « Ne vous inquiétez pas, en cas de piqûre de scorpion ou de serpent, nous avons les anti-venins »… alors là, je me suis dite « ma pauvre Séverine, t’es morte ! ça va pas le faire, je ne vais pas dormir ici ! »  HELP, HELP!

Comment dédramatiser et profiter ?

J’ai essayé de dédramatiser …. j’ai essayé d’aligner mes chakras ! J’étais quand même à Koh Phanghan, une île superbe dans le golfe de Thaïlande bon sang! J’ai abdiqué et j’ai donc passé ma première nuit …. sans dormir !
Une moustiquaire bien fermée, un mp3 allumé en non-stop, j’envoyais des textos à ma mère et je lui expliquais la situation. Elle essayait, comme elle pouvait, de me rassurer… merci Maman ! Mais là, non ça le faisait pas !

Le lendemain, j’ai demandé à changer de chambre pour une chambre plus petite mais MAIS en dur (oui OK c’est moins typique mais moi ça me rassurait un peu plus d’être parterre sur du béton!). Je change donc de chambre mais c’est vraiment pas la joie. Je comprends ensuite que le petit déjeuner sera très light et orienté santé. Ben oui, forcément. A l’époque j’étais encore remplie de croyances limitantes et manger BIO voulait dire manger des graines et des trucs sans goût. Donc, inutile de penser trouver du pain normal et de la confiture au petit déjeuner, là-bas tout était prévu pour les gens qui souhaitent se détoxifier… donc exit le sucre… y avait que des graines, des bols de je sais pas quoi dedans, du potage, du tofu.. des trucs qui ne me parlaient pas vraiment, à vrai dire…

(à cette époque je n’étais pas encore tournée vers la « meilleure bouffe » comme aujourd’hui!)

voyager seule thailande koh phangan

mon hamac au Sanctuary

Le centre de yoga était situé tout en haut de la colline (presque 30 minutes de marche en pente – quand tu arrives en haut t’es morte et trempée !). Le SPA est rudimentaire et situé à mi-chemin sur la colline… Et ça grouille de partout… j’entends des bruits de bestioles partout … pfff… en tongs c’est moyen ! Donc, voilà l’image, je ne suis pas au top de ma forme disons ! Le soir, je rencontre Sonia, une suisse-allemande passionnée de yoga qui me redonne le sourire …On discute, on rigole et on mange ensemble. Je lui fais part de mes inquiétudes quant au lieu et aux services qui ne me correspondent pas vraiment. Pour elle, ce n’est pas mieux mais elle veut à tout prix rester pour le yoga. C’est une mordue contrairement à moi. Je décide dès le lendemain d’avertir la propriétaire que malheureusement je ne compte pas rester toute la semaine. J’aimerais même partir aujourd’hui si c’est possible ! Hahahahahahah !!!! Quand j’ai une idée en tête, je ne l’ai pas ailleurs, on dira ! J’avoue que je m’y sens pas à l’aise du tout… c’est rare mais là c’était le cas !

Elle n’a pas vraiment compris mes raisons (et je peux la comprendre avec le recul!) et j’évitais de m’étendre sur mes phobies d’insectes et mon mal-être. Elle m’a expliqué qu’un bateau (qui fait la navette jusqu’au port de Koh Phanghan) devait venir d’ici 2-3 heures. Youpie ! Le temps de dire au revoir à Sonia et d’échanger nos numéros ! Nous avions prévus de nous revoir sur Koh Samui quelques jours plus tard. Génial, rendez-vous pris au Ark Bar ! Le bateau-navette n’arrivait pas et je me revois encore légèrement en attente « mode désespérée » sur la plage à l’ombre, attendant le fameux sésame pour partir de ce bout d’île… 🙂

Durant l’attente, j’ai aperçu encore quelques clients qui se promenaient avec leur gourde et leur potion magique et dégeu de « détox » et aussi quelques personnes qui méditaient sur la plage à l’ombre d’un palmier avec un voile sur la tête… euh… je ne m’étais pas du tout préparée à ce genre de séjour. A cette époque, je commençais à découvrir le monde du développement personnel, la zénitude, la méditation, etc mais je n’étais pas encore prête!

voyager seule koh phangan

plage de Koh Phangan

Retour à ma réalité

De retour sur la terre ferme, toujours à Koh Phangan, j’ai finalement passé 1 nuit dans un coin superbe, calme et au bord d’une plage de sable blanc du côté de Koh Yao Beach. J’en ai profité pour visiter cette jolie île. Je n’étais pas en période de Full Moon Party ou Black Moon Party et tant mieux car ce n’était pas ce que je recherchais. Les plages y sont superbes! Allez-y !

Ensuite, je suis repartie avec le ferry pour Koh Samui et j’ai séjourné sur Chaweng Beach (superbe plage de sable blanc) de nouveau au Ark-Bar. Là, j’ai fait la fiesta la nuit et dormi le jour ! J’ai fait de superbes rencontres, des voyageurs de partout, profité des massages sur la plage à la tombée du soleil chaque soir pour quelques baths et Sonia m’a rejoint quelques jours plus tard. Près d’une semaine après, mes potes de voyage sont repartis (chacun de leur côté) et je me suis décidée à bouger également. J’ai passé une nuit du côté de Lamai, mais trop de touristes à mes yeux.

J’ai continué ma route ensuite du côté de Fisherman’s Wharf au nord, près de Bophut. Et là, j’ai adoré ! Petit village de pêcheurs, comme son nom l’indique, j’ai loué un studio tout équipé pour pas grand chose, situé sur la plage au 2ème étage d’un joli bâtiment. La vue était magique!

voyager seule

vue de ma fenêtre à Fisherman’s village

L’ambiance à Fisherman’s Wharf

Reposant en journée et animé en soirée! Idéal. De chouettes petits restaurants (italiens, français, thaï, etc) et beaucoup de francophones qui ont monté leur business ici. Une boutique, un office de tourisme, un coiffeur, un loueur de scooter, une plage sauvage, des enfants qui se baladent à la sortie de l’école. Je m’y suis vue même y vivre le temps d’une saison. J’ai loué un scooter (attention c’est dangereux quand même !) et j’ai visité le coin. Je suis allée jusqu’au fameux Big Buddha et j’ai beaucoup aimé le moment où les moines ont fait leur cérémonie et où chacun peut participer et faire un voeu/don. De retour à Fisherman’s Wharf, j’en ai profité pour me balader, flâner dans les petites échoppes, me promener sur la plage, dormir, écouter de la musique, lire et tout simplement profiter de la vie quoi ! La Zénitude telle que je l’entends !

big buddha koh samui

A ce moment-là de mon voyage (j’étais presque au bout de mes 3 semaines), le volcan Eyjafjöll était en pleine éruption en Islande et tous les vols étaient soit annulés soit retardés et ce pour une durée indéterminée ! Je risquais donc de ne pas rentrer de si tôt ! Mais euh.. il le fallait ! J’ai donc réussi à passer entre les gouttes et j’ai pu rentrer un jour plus tard que prévu !

Durant ce voyage, j’en ai presque oublié mon agoraphobie… non, j’exagère car j’ai eu des gros moments de stress et de solitude, assez difficiles à gérer et surtout à cacher aux yeux des autres ; car oui quand on est agoraphobe, on essaie de cacher tout ça car on a l’impression qu’on est folle et que les gens ne vont pas comprendre). J’ai essayé de me relaxer au maximum durant ce séjour et d’apprécier, de vivre le moment présent et je n’ai lâchais jamais l’affaire ! Impossible de rentrer. J’étais bien là-bas et j’étais libre. Je me rendais compte du chemin parcouru. Ce n’était pas fini mais ça allait dans le bon sens, enfin je comprenais que je pouvais faire des choses et de belles choses !

Depuis ce voyage en Thaïlande, j’ai attrapé le virus de la voyageuse, la bougeotte quoi ! J’ai enchaîné d’autres voyages en solo et aujourd’hui, je ne peux carrément plus m’en passer !

 

Je ne peux que vous conseiller de partir en Thaïlande même en étant seule.
C’est le pays du sourire et en tant que femme, vous ne risquez absolument rien!

Rejoignez moi sur mon site dédié aux crises d’angoisses et à l’agoraphobie : www.severinecherix.com

Et découvrez mon voyage en Thaïlande dans mon 1er livre
« Voyage en Agoraphobie, comment j’ai vaincu 15 années d’agoraphobie »

Images autres qu’appartenant à PassionVoyageuse -> Pixabay

 

 

Mots clés qui ont permis aux internautes de trouver cet article:

  • passionvoyageuse com
  • voyager seul en thailande
  • la thailande pour une femme seule
  • voyage thailande seul
  • blog voyage solo thailande